Placement à la naissance : Le livret ou l’assurance vie pour votre enfant ?

La naissance d’un enfant fait partie des bons moments pour faire un placement. Que ce soit les parents ou un membre de la famille, cette démarche permet de faire des économies en vue de soutenir un projet de l’enfant ou tout simplement de parer à toute éventualité pour son avenir. L’assurance vie et le livret d’épargne sont les deux alternatives pour ce genre de projet. Laquelle doit-on choisir pour profiter des meilleurs avantages ? Faisons le point sur l’assurance vie et le livret pour un placement à la naissance.

Comparons les deux types de placement

Si tous deux présentent des avantages, l’assurance vie est plus recommandée par les professionnels que le livret. En effet, il semblerait que ce type de placement soit beaucoup plus avantageux pour les parents ou grands parents qui souhaitent constituer une épargne à destination d’un nouveau né. Afin de s’en assurer et faire le bon choix, voici les différences que l’on remarque entre les deux produits :

Le livret

Comme l’indique le site detective-banque.fr, le livret A est le plus utilisé pour un placement à destination de son enfant. Ce dernier permet généralement aux parents ou grands parents de faire fructifier leur épargne en versant une somme régulière à l’occasion de l’anniversaire de l’enfant ou lors d’autres événements (Noël…). Si ce placement ne présente aucun risque, il faut tout de même savoir que les bénéfices n’y sont pas très intéressants. En effet, les taux instaurés par les banques sont souvent bas, ce qui ne permet pas d’en tirer grand profit au terme du placement.

L’assurance vie

Contrairement au livret, l’assurance vie est un peu plus risquée. Néanmoins, il est possible de protéger le capital à partir d’un moment précis. Ce type de placement est recommandé par les professionnels pour son taux d’intérêt plus intéressant. Sur les 15 ou 20 ans d’épargne, l’enfant pourra ainsi recevoir un joli montant pour financer ses projets, que ce soit étude ou achat immobilier par exemple. Autre avantage de l’assurance vie : sa souplesse ! Elle dispose notamment de nombreux atouts pour le futur propriétaire des bénéfices sur le plan fiscal.

Les essentiels sur l’assurance vie

Lorsqu’on a choisi de souscrire une assurance vie en guise de premier placement pour son enfant, il est important de prendre en compte quelques précautions. Parmi les points à ne pas négliger, il y a par exemple :

* Le choix de l’assureur : Hormis les tarifs appliqués, veillez à ce que le contrat que propose l’enseigne corresponde réellement à vos besoins. Cela inclut par exemple la gestion du compte et les types de supports en unités de comptes utilisés. Si certaines offres à destination des enfants sont très intéressantes, la plupart des assurances vies peuvent être contractées pour ce genre de placement. Les conditions de souscription doivent également être prises en considération dans le cas où un seul parent est en charge de l’enfant par exemple.

* Les versements à réaliser : Les versements à l’occasion d’un anniversaire, de Noël ou autre événement important tel que la réussite d’un examen, ne sont généralement pas soumis aux taxes. Il n’existe aucun plafond classique à ce dernier, aussi les compagnies en prennent compte en fonction du profil des parents ou des grands parents. Pour l’exonération de droits, le versement se fait tous les 15 ans à hauteur de 100 000 euros pour les parents, 31 865 euros pour les grands-parents et 5 310 euros pour les arrières grands-parents.

* Le pacte adjoint : Il s’agit d’un document délimitant l’âge à partir duquel l’enfant pourra accéder à ses fonds. S’il est restrictif, ce dernier permet d’éviter les erreurs de jeunesses qui poussent certains à dépenser le placement trop rapidement.